Forum sympa : Hères du Temps
Hélez le bord, présentez-vous à la coupée, bienvenue à vous !

Partagez
Aller en bas
avatar
Rumba
Messages : 1286
Date d'inscription : 28/10/2017
Localisation : ça dépend :)

affaire Benalla

le Mer 12 Sep - 10:59
"Aujourd'hui, on me contraint", déplore Alexandre Benalla. Après avoir refusé, l'ancien chargé de mission de l'Élysée [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] d'enquête sénatoriale. Mis en examen pour des violences contre un manifestant le 1er mai à Paris, l'ancien garde du corps a accordé [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], mardi 11 septembre. Alexandre Benalla ne souhaite pas que l'enregistrement de ses propos soit diffusé mais il accepte qu'ils soient retranscrits. Voici le verbatim de son entretien enregistré mardi soir. 



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


"""""M. Philippe Bas, je mesure très bien mes propos, ce petit marquis, m'impose aujourd'hui de venir devant lui, sinon il m'envoie la police ou la gendarmerie. (...) Ce sont des petites personnes qui n'ont aucun droit, et aucun respect pour la République française et la démocratie. (...) Et aujourd'hui, ces personnes bafouent le principe de notre démocratie qui est fondé sur la séparation des pouvoirs. Il y a des gens qui se sentent au-dessus des lois, et qui les font pourtant. Et ça c'est incompréhensible pour moi. (...) Moi, j'ai des comptes à rendre à la justice française. Le Sénat français, qui bafoue les règles constitutionnelles de notre pays, très sincèrement, je vous le dis franchement, je n'ai aucun respect pour eux." """"""  Shocked  Shocked  Shocked
avatar
EddieCochran+
Messages : 1673
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: affaire Benalla

le Mer 12 Sep - 14:30
1 -

Sans que je préjuge en quoi que ce soit du fond de cette hystérique affaire, je pense que l'argument de la séparation des pouvoirs institutionnels mérite toute notre attention. Il n'est juridiquement pas du tout incongru de l'invoquer pour le cas d'une personne mise en examen par le pouvoir judiciaire et qui durant le temps de l'instruction se verrait convoquée à être auditionnée par le pouvoir législatif. En droit francaoui, évidemment. Nous ne sommes pas aux Statesses.

Mais est-ce judicieux de prendre Monsieur Bas de haut ?
Younes Terre
Messages : 694
Date d'inscription : 07/04/2018

Re: affaire Benalla

le Mer 12 Sep - 21:37
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Younes Terre
Messages : 694
Date d'inscription : 07/04/2018

Re: affaire Benalla

le Mer 12 Sep - 22:02
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Younes Terre
Messages : 694
Date d'inscription : 07/04/2018

Re: affaire Benalla

le Sam 15 Sep - 14:33
Alexandre Benalla était aussi en charge de la boutique de produits dérivés de l'Élysée
Selon "Quotidien", c'est en tout cas ce qu'il a déclaré à la police durant sa garde à vue.


Kamoulox? Même pas. Alors que le palais de l'Élysée vient de lancer sa boutique de produits dérivés -et d'en choquer plus d'un par les prix qui y sont pratiqués, quand bien même il s'agit de made in France et les recettes vont pour partie à la rénovation du bâtiment du 8e arrondissement-, une autre actualité vient télescoper cette information, du fait de l'émission "Quotidien".

Ce vendredi 14 septembre, le journaliste Azzeddine Ahmed-Chaouch révèle effectivement une anecdote cocasse au sujet d'Alexandre Benalla. Au cours de la garde à vue consécutive à sa mise en examen pour les violences commises le 1er mai dernier, le chargé de mission du palais présidentiel a tenté d'expliquer aux forces de l'ordre quelles étaient ses attributions exactes.

Et surprenamment, il aurait revendiqué le 20 juillet dernier devant les enquêteurs de police judiciaire: "J'ai sous ma responsabilité la mise en place d'une boutique en ligne et le projet d'une boutique physique qui a pour objet la vente de produits dérivés." Un détail tout à fait trivial, mais qui ne manquera pas d'en faire sourire plus d'un, à l'image du journaliste Fabrice Arfi, présent sur le plateau de TMC.

Aucun rapport de cause à effet!:
Boutique de l'Élysée : le couac des mugs en fausse porcelaine de Limoges [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



La société Mug in France, le fournisseur de l'Élysée basé en Dordogne, a du remplacer en urgence des mugs destinés au palais présidentiels. Ces derniers ne répondaient pas à l'indication géographique protégée de la porcelaine de Limoges.

Des mugs estampillés « porcelaine de Limoges », destinés à la boutique-souvenirs de l'Elysée, étaient du faux Limoges fabriqué ailleurs et décorés à Toulouse, a-t-on appris samedi auprès de l'Union des fabricants de porcelaine de Limoges.


Dernière édition par Younes Terre le Sam 15 Sep - 18:28, édité 1 fois
Younes Terre
Messages : 694
Date d'inscription : 07/04/2018

Re: affaire Benalla

le Sam 15 Sep - 14:34
avatar
EddieCochran+
Messages : 1673
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: affaire Benalla

le Lun 17 Sep - 8:57
6 -

Il en fait un cinéma ce Ruffin, le Monsieur Je-sais-tout de LFI. Parfois marrant, toujours dégoulinant dans la critique, abyssalement vide dans les propositions constructives qui tiendraient la route. Mais constant dans son rôle d'aiguillon sous les feux de la rampe. Il doit passablement agacer le Tangérois.

Il a cependant raison, la salle de sport de l'A.N. n'est pas à la hauteur de l'Institution. Mais bon, pour une prestation gratuite ça peut passer. Surtout que les députés ne sont pas spécialement retaillés pour du fitness. Les gros et vioques sénateurs encore moins. Ces derniers, disposent-ils d'une salle de sport? Il faudrait pour tailler dans le gras et réduire les frais de bouche.
Younes Terre
Messages : 694
Date d'inscription : 07/04/2018

Re: affaire Benalla

le Mer 19 Sep - 18:48
L’audition de Benalla ébranle le directeur de cabinet de Macron
19 SEPTEMBRE 2018 PAR ANTTON ROUGET
Sous serment, Alexandre Benalla a indiqué mercredi devant les sénateurs qu’il avait détenu un pistolet Glock 43 pendant plusieurs déplacements présidentiels. Le directeur de cabinet de l’Élysée Patrick Strzoda, qui avait appuyé l’autorisation de port d’armes, avait pourtant prétendu le contraire. Problème : il était également sous serment.

Voilà ce qui arrive quand les sénateurs font témoigner Benalla..C'est pas faute de leur avoir expliqué qu'il ne fallait pas !
avatar
Rumba
Messages : 1286
Date d'inscription : 28/10/2017
Localisation : ça dépend :)

Re: affaire Benalla

le Mer 19 Sep - 23:13
nous avons la preuve que tout ce petit monde ment avec aplomb et que leur "je le jure" ... de dire toute la vérité rien que la vérité  n'a pas de sens pour eux.
avatar
LAWRENCE 45
Messages : 1014
Date d'inscription : 22/11/2017
Age : 73
Localisation : Marbella
http://www.marbellafirst.net

Re: affaire Benalla

le Jeu 20 Sep - 9:11
Réputation du message : 100% (1 vote)
J'ai trouvé ce jeune homme Benalla très smart et intelligent doté d'un Q.I. supérieur à bien des membres de la commission !!!


Et ne parlons pas du gouvernement !


Twisted Evil
Younes Terre
Messages : 694
Date d'inscription : 07/04/2018

Re: affaire Benalla

le Jeu 20 Sep - 21:30
Enquête : les dessous de l'opération de com' Benalla
Par Laurent Valdiguié
Publié le 20/09/2018


es conseillers du président jurent avoir découvert avec effarement la présence autour d'Alexandre Benalla du sulfureux lobbyiste Marc Francelet, de la reine des paparazzi Michèle "Mimi" Marchand et du milliardaire Vincent Miclet. Le trio était-il actionné en sous-main par l'Elysée ? "Marianne" révèle les dessous d'une opération de com' éclair…
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
EddieCochran+
Messages : 1673
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: affaire Benalla

le Ven 21 Sep - 0:48
11 -

Younes Terre a écrit:
Enquête : les dessous de l'opération de com' Benalla
Par Laurent Valdiguié
Publié le 20/09/2018

(...)
les conseillers du président jurent avoir découvert avec effarement la présence autour d'Alexandre Benalla du sulfureux lobbyiste Marc Francelet

Comment une telle canaille peut-elle encore sévir alors qu'elle devrait être en taule depuis 10 ans !

Voici un article du journal suisse Le temps qui date de 2007 et qui dresse un édifiant portrait de ce voyou bien en cour :

Je copie ici un passage bien représentatif du personnage. L'article complet est sous le clapet magique.

"Franz-Olivier Giesbert, directeur du Point, reconnaît que ce voyage payé est «un dysfonctionnement dans le journal»: «Normalement, ça ne se passe pas comme ça.» Mais l'article n'avait selon lui rien de complaisant, et Marc Francelet était une source de premier ordre: «C'est quelqu'un qui apportait souvent des infos, il était très bien informé.»


Voilà sans doute pourquoi Marc Francelet avait ses entrées au Point, mais aussi à L'Express, au Monde, au Parisien, au Nouvel Observateur, à Paris-Match ou à Choc, un magazine dont il est salarié. Un peu partout, il a placé des sujets, entretenu des relations, proposé des scoops parfois frelatés. Personne ne lui en tenait rigueur: «Quand il parlait de ses amis vedettes, tout le monde avait des étoiles dans les yeux», se souvient un journaliste qui connaît bien l'affaire.""

L'odeur de soufre:


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Sylvain Besson, Paris
Publié samedi 2 juin 2007 à 02:22.

La chute du roi des relations publiques embarrasse la presse parisienne

Une enquête visant le compte genevois de Marc FRANCE. let, ami des stars et des journalistes, révèle des pratiques surprenantes: voyages payés, articles de commande, campagnes de diffamation.

 
L'heure est aux règlements de comptes dans le monde frénétique et fort en gueule des journaux parisiens. Depuis l'arrestation fin mars de Marc Francelet, le sulfureux roi des relations publiques, les langues se délient et des propos peu amènes s'échangent entre les rédactions touchées par l'affaire. Il est question d'articles «tordus» ou complaisants, de voyages payés et d'honoraires occultes versés à Genève, où Marc Francelet comptait de nombreux amis.

La déchéance de cet intime des stars, très lié à Johnny Hallyday, commence par un délit d'une affligeante banalité. De 2001 à 2004, Marc Francelet a perçu plus de 250000 francs suisses de l'assurance chômage en France. Dans le même temps, son compte «Dimi» ouvert à la banque HSBC de Genève voyait transiter plusieurs millions de francs. La justice française l'accuse d'escroquerie. «Manifestement, commente une source suisse, il avait des revenus qui ne cadraient pas avec sa situation de chômeur.»

D'où vient cet argent? A l'époque où Saddam Hussein était encore au pouvoir, Marc Francelet a bénéficié d'une allocation de pétrole irakien. Son compte à la HSBC a été crédité de 300000 dollars provenant d'Amman, en Jordanie, la plateforme financière du régime de Bagdad. L'un des associés de Marc Francelet dans cette opération était l'homme d'affaires français Michel Coencas, ancien président du Servette FC.

Mais le pétrole n'explique pas tout. Après avoir commencé sa carrière comme photographe pour Paris-Match, Marc Francelet est devenu un lobbyiste multiusages, qui affectionnait particulièrement le milieu du spectacle. «Il était très attachant, il avait toujours des histoires à raconter», se souvient Yves Bouvier, qui dirige à Genève l'entreprise de transport d'œuvres d'art Natural Le Coultre.

En 2004, Yves Bouvier lance une foire d'art contemporain à Moscou. Un article dans un grand journal serait le bienvenu pour faire connaître le projet. Marc Francelet se propose: il est aussitôt invité en Russie avec un journaliste du magazine Le Point. L'article qui sort peu après est un portrait consacré à l'un des partenaires de la foire, le sculpteur Zourab Tsereteli, auteur de statues colossales en bronze. Yves Bouvier assure que Marc Francelet n'a pas été rétribué: «J'ai payé entièrement le voyage, mais aucun honoraire. De toute façon, j'avais déjà avancé de l'argent à Marc Francelet, il aurait difficilement pu m'en redemander.»

Nous sommes là au cœur du problème: l'étonnante capacité de Marc Francelet à susciter des articles dans les titres les plus importants. Pour un sujet du Point sur un homme d'affaire libanais recherché par la justice française, il a reçu près de 150000 euros. Cette commission, comme le voyage du journaliste, ont été payés par le Libanais. Le résultat a été, selon Marc Francelet, un article «équilibré» mais «favorable».

Franz-Olivier Giesbert, directeur du Point, reconnaît que ce voyage payé est «un dysfonctionnement dans le journal»: «Normalement, ça ne se passe pas comme ça.» Mais l'article n'avait selon lui rien de complaisant, et Marc Francelet était une source de premier ordre: «C'est quelqu'un qui apportait souvent des infos, il était très bien informé.»

Voilà sans doute pourquoi Marc Francelet avait ses entrées au Point, mais aussi à L'Express, au Monde, au Parisien, au Nouvel Observateur, à Paris-Match ou à Choc, un magazine dont il est salarié. Un peu partout, il a placé des sujets, entretenu des relations, proposé des scoops parfois frelatés. Personne ne lui en tenait rigueur: «Quand il parlait de ses amis vedettes, tout le monde avait des étoiles dans les yeux», se souvient un journaliste qui connaît bien l'affaire.

Mercredi, Marc Francelet a été libéré après deux mois de détention préventive. «Je ne fais pas payer les articles, mais je présente des gens, a-t-il expliqué au Temps. Je ne fais pas d'articles de complaisance, je fais sortir des histoires, dans les domaines de l'industrie ou du show-biz.»

En exagérant un peu, Marc Francelet se targue d'avoir écarté les fausses accusations de viol visant son ami Johnny Hallyday, grâce à un article du Point qui critiquait le procureur chargé du dossier. «J'ai évité à Johnny d'aller en prison, mais il ne m'a jamais donné un sou», précise-t-il.

Le chanteur lui a tout de même rendu un fier service: «Breitling organisait une fête à Courchevel mais n'avait pas de vedettes. Ils m'ont demandé si Johnny et Laeticia (ndlr: sa femme) pourraient se déplacer. Ils étaient à Los Angeles, je les ai fait revenir. Qui me paie? Breitling.» Marc Francelet affirme qu'il touche généralement «150000 à 200000 euros par prestation».

Pour finir, le flamboyant lobbyiste a eu les yeux plus gros que le ventre. Le 22 mars, il a inspiré à L'Express un article qui prétendait révéler l'existence d'un système de corruption au sein de l'entreprise aéronautique EADS. L'information était fausse, et l'actionnaire principal du groupe, Arnaud Lagardère, a évoqué une «tentative de déstabilisation». Une semaine plus tard, Marc Francelet était arrêté.

Depuis, le malaise grandit dans la presse parisienne. Des relevés d'écoutes téléphoniques montrant Marc Francelet en grande conversation avec des journalistes circulent de mains en mains. «Il a beaucoup parlé, ça procure des soucis», relève un observateur. Une partie des écoutes ont été publiées sur le site internet bakchich.info. Pour son animateur, Xavier Monnier, le «système Francelet» est synonyme de «décadence et de dépravation du journalisme». Reste à savoir s'il s'agit d'un cas isolé, ou si d'autres intermédiaires du même type continuent d'influencer les médias français.

************

Si même FOG entretient l'écran de fumée devant les agissements douteux de Franz Laid c'est que le zig tenait aussi certains journaleux par les quenouilles...
Contenu sponsorisé

Re: affaire Benalla

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum