Forum sympa : Hères du Temps
Hélez le bord, présentez-vous à la coupée, bienvenue à vous !

Partagez
Aller en bas
avatar
EddieCochran+
Messages : 2076
Date d'inscription : 15/10/2017

Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Dim 12 Nov - 0:20
Nous  aimons les bêtes, sauf deux ou trois bestioles qui piquent, leurs histoires 
sont moins stressantes que les nôtres.


Voici le fil qui leur est spécialement consacré.
***********************************************************************************************

Je trouve qu'on ne parle pas assez de l'actualité de nos amies les bêtes. Il faudrait s'y mettre aussi longtemps qu'il reste quelques spécimens authentiquement sauvages.

L'AUTRUCHE

Mon épouse a absolument tenu à ce que je lise un court article sur l'autruche. Sûrement pensait-elle que ma connaissance de l'oiseau en question se limitait-elle au plumage des mêmes que les BlueBell Girls du Lido trémoussent en froufroutant de leur charmant postérieur.

(Svp, ne furetez pas ceci : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 
vous risqueriez de craquer et de ne pas lire la suite. Ne chercher pas non plus à biaiser en cliquant sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] car là on ne s'en sortirait plus. Et si vous persistez à ne pas m'écouter ni me lire et que vous cliquiez vers [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] histoire d'en apprendre plus sur les trucs en plume, vous seriez happés et sauvagement frappés par la splendide khônnerie de l'enseignement à la française.)


Revenons à notre autruche car c'est un sujet qui émeut beaucoup de monde, y compris les durs nandous d'Amérique du Sud.

L'autruche c'est lourd, 150 kg (330,693 livres) , c'est grand 2,75 m (78,74 inches ou 6,56 pieds), ça a un gros cul capable de pondre des œufs de 16 cm (6,299 inches ou 0,524 pieds) et de 750 g (26,455 onces ) et ça galope à 50 km/h (31,068 mph) et comble d'hypocrisie - ça vient d'Australie, une possession de la Perfide Albion - ça ne plante pas sa tête dans le sable à la vue d'un danger, ça se carapate lâchement !

Là où l'animal m'apparut extrêmement sympathique et proche, c'est quand je lus que le mâle entretenait un harem dans lequel la première dame élue choisissait les autres concubines. Un peu comme dans la clémente tradition mandarine chez les Célestes de l'Empire du Milieu.

Ce cheptel de gagneuses produit jusqu'à une soixantaine d'œufs, tous regroupés dans le même nid, c'est le côté taylorien de la galopeuse. La ponte, comme les accouchements assistés du papa qui tourne de l'œil et laisse tomber son caméscope, la ponte disais-je se fait en présence du monsieur autruche qui comptabilise la production et roule les œufs sous lui jusqu'à ce que les parturientes aient fini de parturier. Puis les femelles du sérail couvent les bijoux de la couronne à tour de rôle, le pater familias, lui, assurant le quart de nuit (histoire d'être éveillé pour vérifier si une de ses greluches ne se barre pas courir la prétentaine en tenant ses escarpins à la main pour ne pas faire de bruit). Y sont vraiment pas khôns les animaux !

Et ce mâle est quelqu'un de vraiment exceptionnel. Quand il ressent une montée de sève printanière, il rougit d'amour et - je cite - "les parties dénudées s'empourprent". Ce qui en langage mussetien s'écrirait "il arbore fièrement un priape turgescent". Mais l'article ne précise pas si les appendices péniens d'autruche sont circoncis ou non, faudra que je passe un coup de fil à un ami spécialiste. Le mâle est aussi un très bon père, attentif au bien-être et à la sécurité des autruchons comme à ceux de l'ensemble de la communauté autruchienne. En particuliers le mâle célibataire qui s'occupe bénévolement et spontanément des petits que les femelles chassent pour s'accoupler une deuxième fois dans l'année, de vraies chiennes. Mais bon, cette prédisposition à l'adoption conduit parfois des autruches à piquer les mômes des copines pour les élever à leur place. Faudra que j'en parle à Clint E. pour qu'il en fasse un film.

And last but not least les misters autruches comptent parmi les rares volailles à posséder un pénis, je l'avais déjà dit, mais sans donner la longueur 20 cm (7,874 inches) ; d'accord mesdames vous en avez vu d'autres, mais n'oubliez pas que c'est un zoziaux, point barre. OK, je sais que le canard de Meller se marre bien car lui ce n'est pas une feuille de vigne qu'il lui faudrait pour cacher sa virilité mais le cep entier pour protéger des UVA et B son bande-aux-néons de 42 cm (16,53 inches) ; d'accord c'est un peu moins que Long Dong Silver, mais tout de même l'anatidé généreusement pourvu a un corps qui fait à peine 35 cm (13,779 inches). Je me demande, avec un écouvillon pareil, il doit s'empaler plusieurs canes à la fois !

A présent que j'ai appris tout ceci sur l'autruche je me sens très honteux d'avoir osé en manger de la cuisse. C'est juré je ne porterai plus jamais atteinte à la cohésion sociale de bêtes aussi grégaires en en prélevant une pour la becqueter.

Allez, tout ceci devrait vous inviter à choisir un livre cadeau de Noël pour vos petites têtes blondes crépues :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Amusez-les biens, et vous de même.
avatar
EddieCochran+
Messages : 2076
Date d'inscription : 15/10/2017

Après les plumes, voici les soies

le Dim 12 Nov - 0:26
LE SANGLIER.


Nous avons inauguré la série sur nos amies les bêtes par l'une d'entre elles 
connue pour fourrer la tête dans le sable, mais qui habite dans les contrées 
lointaines ; nous allons à présent nous creuser les méninges à propos d'un 
terrassier de nos contrées à nous et qui n'est pas l'ami du prophète et de ses 
ouailles : l'ancêtre du cochon domestique, le sanglier, autrement nommé 
respectueusement par les derniers chasseurs qui ont de la classe, Monsieur !

Dans notre hexagone urbanisé, le bipède raseur de béton moyen s'imagine que chez 
les derniers pécores qui font de la résistance dans nos campagnes reculées à 
tout sanglier correspond son Obélix. Cette tenace image d'Epinal est à 
remiser dans les archives mythologiques uderziennes, le sanglier avait un caractère sacré pour tout Gaulois pur porc. Les archéodiététiciens 
qui ont eu le bol d'étudier l'alimentation du Gaulois à travers les reliefs 
de repas exhumés près de Bibracte et ailleurs ont la mort dans l'âme dû se 
résoudre à l'évidence que le sanglier ne figurait pas au menu traditionnel de 
nos rudes ancêtres, qui de loin lui préféraient la volaille, trait culturel 
qui en parfaite contradiction avec le désamour que notre excellent 
Jam
, descendant des Arvernes, porte aux "poulets".

Pourquoi suis-je amené à vous brosser un récit sur le sanglier qui ne va pas de soi ? 
Deux raisons m'y conduisent, l'une anecdotique et personnelle, 
l'autre d'intérêt plus que général en cette époque de l'année durant 
laquelle nous allons vivre des agapes festives plus élaborées que le 
reste de l'année.

Entre mes séances sur la Toile il m'arrive d'aller quérir quelques biftons 
transformables en biftecks en territoire français, càd de l'autre côté de la 
rivière Var qui marque la frontière avec mon bon Countat. 


J'étais devant un espresso dans un café en attendant un RV et j'observais quatre glouglous de zinc émergeant de pantalons militaires aux camouflages variés poussant hors de rangers boueuses et qui causaient bruyamment de la chasse qui venait d'avoir cours avec leur experte participation. Je reconnus parmi ces Nemrod de bistrot un certain Luigi - un ancien légionnaire d'origine espagnole dont j'ai changé le vrai prénom qui est Tonio, dans le souci de préserver son anonymat, sa femme ne voulant pas qu'il traîne au troquet dès l'aube et si elle nous lisait elle pourrait lui chercher des crosses - que je hélai et qui me logeant après quatre clignements d'yeux pour dissiper les brumes d'alcool me présenta ses respects. Je saisis l'occasion de m'inviter alors dans la conversation du quatuor pour me renseigner sur le récent accident de chasse qui avait défrayé la chronique des chats crevés de la feuille de chou azuréenne. 

La main en chœur sur leur canon de rosé, les diserts Rambo de la garrigue me donnèrent les détails du drame qui avait secoué la petite confrérie des porte-flingues locaux qui faillit perdre l'un de leurs meilleurs écluseurs de pastaga. Ce héros des taons modernes, lors d'une battue administrative au sanglier, s'était fait traitreusement charger par un cochon - dans le Midi, tout sanglier est appelé cochon - armé de deux défenses acérées qui lui avaient profondément labouré une jambe et éventré ses deux chiens. Le fauve avait été abattu par la suite par des redresseurs de torts à l'affût en bouclage de dispositif. L'invention du téléphone cellulaire avait sauvé le traqueur estropié d'une hémorragie cataclysmique, les secours alertés se portèrent en hélicoptère sur la scène du crime inaccessible en voiture et évacuèrent le tombé au champ d'horreur vers l'hôpital le plus proche où un spécialiste du point de chaînette posa 27 sutures sur la jambe du martyr.

Je m'enquis de l'état-civil du frôle-la-mort. Le patron joufflu à tête de potiron, tout en essuyant compulsivement un verre avec un chiffon douteux, leva la tête d'un air interloqué car comme c'était la deuxième fois que je venais dans son établissement en 15 jours, il me considérait comme un habitué autochtone qui ne pouvait ignorer la réponse. Il me sortit sur le ton de l'évidence: "Mais, c'est Mickey". Les autres de confirmer : " Pardi que c'est Mickey !". Un réflexe de survie en milieu hostile m'avertit que pour sauver ma crédibilité en cet endroit estranger il fallait que cette info évidente je l'acquiesçât en affranchi. Je ne pouvais laisser planer un doute préjudiciable en donnant l'impression de ne pas connaître LE Mickey, l'enfant du pays estimé de tous et davantage depuis qu'il avait failli succomber sous les assauts de la hure meurtrière, mais qui était constitutive de l'anatomie standard d'une bête méritant une certaine considération car elle s'était vaillamment défendue, une mention d'honneur qui n'était amoindrie en rien par le fait que notre Mickey n'avait pas inventé la poudre et que ses pauvres chiens n'étaient pas non plus des flèches, dieu ait leurs âmes . Voici donc pour l'anecdote qui introduit le sujet de cette chronique animalière.

Passons à la seconde motivation de cet exposé écologique et cynégétique.

Rentré en mon beau pays je me mis à la recherche de quelque documentation qui pourrait m'en apprendre davantage sur les suidés sauvages de nos bois et maquis impénétrables. Ce que je découvris avec effarement me conduisit dans les délais syndicaux à m'asseoir devant le clavier pour prévenir sur les réseaux entoilés les malheureux blaireaux qui ignorent encore combien en période de fêtes ils risquent de se faire foncer dessus par un sanglier s'ils ne prêtent pas attention à ce qui va suivre.

Sachez braves gens, qui vous saignez aux quatre veines pour agrémenter vos succulentes préparations culinaires, que la truffe noire hors de prix que vous découpez en éclats nonoscopiques avec une fine lame et grands égards d'économie tout en salivant à l'évocation du parfum sophistiqué qu'elle répandra dans vos chefs d'œuvres du chef, la tuber melanosa n'est pas la reine du fumet divin que vous envisagez. L'odeur de la truffe, Ô fan de pied est semblable à celle exhalée sui generis par le sanglier mâle en rut ! Voilà qui démystifie l'intérêt tout particulier que portent les verrats et truies truffiers au noble champignon ; ces auxiliaires indispensables du récoltant d'ascomycètes du genre tuber ne sont pas des esthètes du goût comme vous le croyez depuis toujours, mais ils se révèlent de dévoyés obsédés sexuels. Tirez-en les enseignements de prudence qui s'imposent pour l'avenir si, sans escorte armée, vous vous promenez avec des tubéracées plein les poches là où rodent les artiodactyles sus scrofa.

Gardons à l'esprit que le sanglier est un animal dont le flair est classé dans le top 10 des plus fins limiers de molécules olfactives du règne mammaire. Grâce à un groin renforcé par un cartilage osseux qui le rend apte à fourrager les humus et terreaux les plus consistants, capacité qui fait du sanglier un super laboureur des sous-bois, déterrant des graines par ci, les enterrant par là, il est le jardinier paysagiste méconnu et indispensable de nos bosquets et forêts.

Du groin aux lèvres il n'y a qu'un pas de vice dans le raisonnement qui m'amène à signaler que quelques jours avant le rut, la salive du mâle prend des fragrances destinées à faire tomber en pamoison amoureuse ces dames et à défier les concurrents ballochés. Le sanglier affiche ataviquement un comportement culturel maghrébin, en ce qu'il se livre à des concours de crachats tandis que les femelles bavent sur les troncs des arbres pour indiquer aux mâles du voisinage qu'elles sont prédisposées, tout en partageant une mousse, à passer à la conclusion biblique. Pas un crac-crac avec le premier venu, mais le grand jeu avec le plus teigneux de la harde qui mettra la pâté aux moins velus. Car les mâles en lice cuirassent hormonalement leur carcasse en épaississant leur peau de 3 à 5 cm, ils renforcent leur toison et densifient leur couche de graisse aux endroits névralgiques. Ils se dotent d'un blindage réactif additionnel en se vautrant dans la boue qui en séchant ajoute à l'efficacité de la carapace de ces âpres combattants qui se castagnent avec une violence inégalée dans les jeux vidéo les plus gores. 

Ce comportement colérique fait du sanglier l'hôte le plus brave de la sylve tempérée. Si les mâles de par chez moi pour les meilleurs jaugent les 90 kg (199 livres anglaises), tandis que les ardennais et les allemands sont coutumiers des 200 kg (441 pds) et que les bulgares pédalent frénétiquement dans le yoghourt avec leurs 350 kg (772 pds), les sangliers quelle que soit leur masse sont des clients qui peuvent devenir extrêmement infréquentables !

Le régime alimentaire du sanglier qui n'a pas de truffes bien puantes à se mettre à fond le groin est omnivore au point qu'il biche parfois sur un faon à tortorer, voire un agneau comme cela arrive en Australie paraît-il, mais là-bas tout le monde est dingo. Comme nous l'avons vu plus haut, il ne dédaigne pas non plus les cuisses des mickeys qui viennent faire pan-pan sur son territoire.

Curieusement la bestiole qui se dépense beaucoup physiquement n'a pas de pores sudatoires et il régule sa température corporelle en se vautrant dans des bauges desquelles il ressort saoul de bonheur. La femelle, qu'on appelle la laie bien qu'elle ne soit pas spécialement moche, met bas dans une maternité personnelle qu'elle se construit à l'aide de branchages et que l'on appelle comme le stade des Verts de Saint-Etienne le chaudron. Un conseil, ne vous en approchez pas, elle vous fera instantanément comprendre que vous n'êtes pas le bienvenu dans les parages. Irritée elle claque des dents en hérissant sa crinière, on dit alors qu'elle "casse la noisette". Qu'en pense Monsieur, on ne le sait pas, mais on peut deviner...

Le sanglier se montre excellent nageur et il n'hésite pas à faire des traversées d'étendues d'eau en famille ou en harde. En baie de Somme, pour échapper aux chasseurs il prend le large à la nage et parfois débarque sur des bancs de sable parmi des veaux marins qui dégagent vite fait pour ne pas se faire phoquer. 

Il y en aurait encore des choses à dire sur le sanglier, mais je les ignore, donc je m'abstiendrais d'en parler davantage.

Ecrit par moi-même personnellement myself un 28 novembre il y qq années déjà.
avatar
EddieCochran+
Messages : 2076
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Dim 12 Nov - 1:30
2 -

Voici comment des amies des bêtes peuvent se trouver à la pelle :

Sauvetage d'une jeune biche enlisée.






Je pense que la pauvre bichette n'a pas compris grand chose au film...
avatar
Kalawasa
Messages : 2829
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Mer 15 Nov - 17:46
Il a plu au Seigneur de rappeler à lui un macron roitelet : il est rentré dans la vitre d'une porte-fenêtre...Je suis triste !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Shansaa2
Messages : 147
Date d'inscription : 02/11/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Mer 15 Nov - 18:33
Fasse le ciel que jamais je ne me trouve face a un chasseur d'elephants.
Ni d'aucune bete sauvage d'ailleurs !!!

avatar
EddieCochran+
Messages : 2076
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Mer 15 Nov - 20:13
Shamrocky a écrit:Il a plu au Seigneur de rappeler à lui un macron roitelet : il est rentré dans la vitre d'une porte-fenêtre...Je suis triste !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pauvre petite crête d'or, c'est une femelle roitelet(te?) huppé(e) adulte [je me méfie prudemment nous sommes en pleine hystérie de chasse aux sorciers sexistes !], bien que je ne vois pas son œil, mais peut-être pourrez-vous me le confirmer Car Shamrocky, il est cerclé de blanc. S'il était cerclé de noir, il s'agirait alors de la sous-espèce roitelet à triple bandeau.

C'est le plus petit de nos passereaux ici sous nos latitudes, le second sur le podium étant le troglodyte mignon qui lui concède deux grammes de plus (8 g contre 6 g).

Portes-fenêtres : "Assassines" !

Mais bon, moi je ne m'amuserais pas à voler dans les airs sans porter le casque... Surtout dans un coin plein de vitres.
avatar
Charly
Messages : 1597
Date d'inscription : 27/10/2017
Localisation : Ardenne Belge

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Mer 15 Nov - 21:30
avatar
EddieCochran+
Messages : 2076
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Mer 15 Nov - 23:13
Comme quoi, dans chaque verrat il y a un cochon qui sommeille...

(Cette image illustre à merveille l'espression : "S'envoyer en l'air".)
avatar
Kalawasa
Messages : 2829
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Jeu 16 Nov - 0:14
J'aurais dit : qui vivra verrat jusqu'à la fin !  Rolling Eyes
avatar
EddieCochran+
Messages : 2076
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Jeu 16 Nov - 11:36
Le corollaire à ça est de se rendre à l'évidence que pour la truie, où que la cochonne aille, elle se retournera à bon porc...
avatar
Kalawasa
Messages : 2829
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Lun 27 Nov - 14:59
Une minute de bonheur...

Invité
Invité

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Lun 27 Nov - 15:29
Special Shamrocky, (avec une petite mention à Younes : pas fâcher, c'est de l'humour !)

La Corse experimente une brigade anti-burkini :



LA BAIE DES COCHONS
« Nous sommes partis du principe que les musulmans les plus radicalisés refusent par superstition de toucher les porcs même vivants. Avec cette brigade de cochons nageurs on incite les burkinistes à aller se baigner ailleurs. On propose la paix des cochons » plaisante Ange Oudeymoni président du comité ‘Pace Porcu Corsu’ avant d’expliquer fièrement sa technique de dressage. « On a rameuté tous les cochons sauvages sur la plage puis petit à petit on les a incité à rentrer dans l’eau en balisant un parcours de nourriture. Et là ce fut un véritable surprise, on n’aurait jamais pensé qu’ils étaient aussi à l’aise dans l’eau. »
(..)
Le comité ‘Pace Porcu Corsu’ espère désormais étendre ses activités aux villages balnéaires alentours. « Si on s’y met tous, on va pouvoir se réapproprier nos plages rapidement, voire lancer une nouvelle attraction touristique. » Quant à la polémique qu’une telle initiative pourrait susciter, Ange Oudeymoni balaie la question d’un revers de main« on fait ça dans un esprit de laïcité, si demain on a un problème avec les communautés hindouistes radicales, on apprendra aux vaches à nager ! »"


Mb  Embarassed
avatar
EddieCochran+
Messages : 2076
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Lun 27 Nov - 19:52
Comme ils sont mimis !
avatar
Kalawasa
Messages : 2829
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Mer 29 Nov - 11:14
Help ! Les Anglais sont devenus fous !  Vivement le Brexit...

En toute discrétion, le parlement Britannique vote officiellement que les animaux « sont incapables de ressentir de la douleur ou des émotions »


Au Royaume-Uni, les membres du parti conservateur ont réussi à faire adopter au Parlement une des mesures les plus régressives concernant les droits des animaux dans ce pays, dans le cadre du « EU Withdrawal Bill » (un projet de loi qui vise à amorcer le Brexit, en posant les bases de ce qui sera le nouveau cadre juridique du Royaume-Uni après sa sortie de l'Union).
Le texte, qui a été voté très discrètement le 15 novembre dernier, n'a pas fait beaucoup de vagues sur le moment, et est passé sous le radar des grands médias britanniques... Mais récemment, le quotidien généraliste The Independent a repéré et relevé certains points assez inquiétants de cette loi — notamment le fait que les animaux « sont incapables de ressentir de la douleur ou des émotions ».
avatar
EddieCochran+
Messages : 2076
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Mer 29 Nov - 13:20
C'est sûr, que les animaux qui eux ne sont pas khôns comme des bipèdes, ont été mithridatisés par le Brexit ; sidérés ils n'ont plus de sensations. Une pathologie répertoriée par la Faculté de médecine vétérinaire de Londres  comme l'effet Farage.
avatar
EddieCochran+
Messages : 2076
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Mar 5 Déc - 1:24
15 -

Je viens de lire un propos sur le comportement amoureux des rats que le professeur de psychologie canadien James Pfaus  de l'Université Concordia à Montréal a tenu dans une étude à laquelle ont contribué une large palette de chercheurs de plusieurs nationalités sous la direction de Boris Cyrulnik  intitulée L'incroyable pouvoir des animaux.


Le gaspard n'est pas seulement une copie miroir du bipède humain pour bouffer en laboratoire les médicaments avant lui et en ressentir les mêmes effets, il est également sur la même longueur d'ondes quand il s'agit de s'adonner aux galipettes.

Les rats ont donc une vie amoureuse.

Le prof Pfaus (comment ça se prononce-t-il?) affirme que comme les humains "les rats prennent du plaisir tant dans l'attente que dans la réalisation de rapports sexuels, des rapports qu'ils n'entreprendront ni avec n'importe qui, ni n'importe comment".

Du côté de leur plaisir intime, l'on observe qu'ils connaissent des intensités variables sur l'échelle de Richter des orgasmes et que ces tremblements sous la ceinture déterminent la formation et la fidélité des couples de muridés libidineux, et que, si çà fusionne un max entre les brosseurs il leur vient des idées lubriques qui les conduisent à espérimenter une sorte de Kamasoutra des mulots et surmulots en folie. C'est madame rat qui propose la botte et si son guide vers le septième ciel est une super épée de paddock, la rate qui se dilate et s'éclate se met à pousser un cri de jouissance hypersonique à rendre jalouse la pornstarlette la plus soprano du marché du XXXL qui passera pour être aphone !!!

Moralité, dans chaque rat il y a un cochon qui sommeille, quand il enfume la ruche de madame l'on parle de "rat-porc".
avatar
Kalawasa
Messages : 2829
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Mar 5 Déc - 8:48
Nos amies les bêtes ne nous font pas d'histoires ? Hum.......

avatar
Charly
Messages : 1597
Date d'inscription : 27/10/2017
Localisation : Ardenne Belge

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Mar 5 Déc - 9:28
Un Verviétois écope de 15 mois de prison pour avoir mis la tête de sa compagne dans la litière du chat

Fâché parce qu’elle n’avait pas vidé la litière du chat, Cédric, un Verviétois de 34 ans, a forcé sa compagne à mettre la tête dedans, ce que la justice estime être un traitement dégradant. Le ministère public avait réclamé un an de prison ferme. Le tribunal vient de rendre son verdict : c’est 15 mois, mais avec sursis.

avatar
EddieCochran+
Messages : 2076
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Mar 5 Déc - 10:11
Charly2 a écrit:
Un Verviétois écope de 15 mois de prison pour avoir mis la tête de sa compagne dans la litière du chat

(...)

C'est très dégradant pour le chat de perturber sottement ses feuillées en les imprégnant de l'odeur des cosmétiques qui barbouillent un visage de femme. La pauvre bête rechignera à fréquenter un lieu dont les effluves agressent son délicat petit nez.

Au moins, en 1914-18, la troupe vouait le respect le plus poussé aux lieux d'aisance :


Au train où étaient fréquentées ces feuillées, il n'y avait plus un chat sur le front !
avatar
Shansaa2
Messages : 147
Date d'inscription : 02/11/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Mer 6 Déc - 6:10
Réputation du message : 100% (1 vote)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
@quantat
Messages : 464
Date d'inscription : 23/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Mer 6 Déc - 15:42
Réputation du message : 100% (1 vote)
avatar
Kalawasa
Messages : 2829
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Mer 6 Déc - 15:54
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Kalawasa
Messages : 2829
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Jeu 28 Déc - 10:31
La locution "appétit d'oiseau", dans son acception couramment admise, est totalement fausse : j'achète les graines par seaux !
Invité
Invité

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Jeu 28 Déc - 11:32
Shamrocky a écrit:La locution "appétit d'oiseau", dans son acception couramment admise, est totalement fausse : j'achète les graines par seaux !

Ca ne serait pas plus simple en paquets ?


Mb
avatar
Kalawasa
Messages : 2829
Date d'inscription : 15/10/2017

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

le Jeu 28 Déc - 21:43
Pour les semis, faudra attendre la fonte des neiges (mi-juillet... Basketball)
Contenu sponsorisé

Re: Histoires de nos amies les bêtes qui ne nous font pas d'histoires

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum